Procès des disparus du Novotel: Dogbo Blé et quatre co-accusés risquent la perpète

Le procureur général du tribunal ivoirien de Yopougon, un quartier d’Abidjan, Souleymane Koné a requis ce mardi «la prison à vie» à l’encontre de l’ancien général, Brunot Dogbo Blé, les colonels Jean Aby et Léopold Mody Ohoukou, l’ex-commissaire de police Osée Loguey, et Henri Joël Guéhi Bléka, cinq des principaux accusés dans l’affaire «des disparus du Novotel».

Le procès «des disparus du Novotel» implique des civils et des militaires ivoiriens, accusés d’avoir enlevé et assassiné quatre expatriés à l’hôtel  Novotel d’Abidjan, lors de la crise postélectorale ivoirienne.

Cinq des dix accusés, dont huit militaires ivoiriens, sont poursuivis pour « séquestration et assassinat », les autres pour enlèvement » et/ou « disparition de cadavres ».

L’avocat général du tribunal de Yopougon, Souleymane Koné a déclaré mardi, que « les principaux coupables sont connus », précisant avoir «requis contre eux la prison à vie» pour ces «faits extrêmement graves».

Le procureur a par ailleurs demandé dix ans d’emprisonnement à l’encontre de l’ancien milicien Max Landry Yoro Tapéko, qui avait reconnu sa présence lors du rapt du 4 avril 2011.

Ce 4 avril 2011, soit une semaine avant la chute de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, au plus fort de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire, un commando avait fait irruption à l’hôtel Novotel d’Abidjan, emmenant son directeur, le Français Stéphane Frantz Di Rippel, son compatriote Yves Lambelin, directeur général de Sifca, plus grand groupe agro-industriel ivoirien, l’assistant béninois de celui-ci, Raoul Adeossi, et le Malaisien Chelliah Pandian, directeur général d’une filiale de Sifca.

Selon les autorités ivoiriennes, installées après l’arrestation le 11 avril du président Laurent Gbagbo, les quatre expatriés avaient été emmenés au palais présidentiel, torturés et tués.

Deux corps avaient été retrouvés fin mai 2011 dans la lagune près d’Abidjan, mais seul le cadavre d’Yves Lambelin avait pu être formellement identifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.