Paris abrite prochaine une conférence en soutien au Tchad

Les ambassadeurs des pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont annoncé samedi à N’Djamena, la tenue prochaine à Paris d’une « importante conférence » pour aider le Tchad, allié de l’Occident en première ligne contre les jihadistes en Afrique.

Entamée vendredi au Cameroun, la tournée des représentants des 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU, se poursuivra jusqu’à ce lundi à Niamey puis au Nigeria.

Après une rencontre avec le Premier ministre tchadien, Albert Pahimi Padacké, l’ambassadeur de France à l’ONU, François Delattre a déclaré que « la communauté internationale doit répondre présent à cette obligation morale et politique de soutenir les efforts du Tchad’’ contre les réseaux terroristes.

C’est la raison de la tenue à Paris dans les prochaines semaines, a-t-il dit, «d’une conférence importante, sous l’égide de la Banque mondiale».

Le premier ministre tchadien a profité pour égrainer les difficultés économiques du Tchad, qui  » s’est engagé sur ses propres ressources au Mali contre les jihadistes, au Cameroun, au Niger, et au Nigeria contre la secte Boko Haram ».

« Le Tchad se trouve devant des problèmes sociaux à cause du caractère onéreux des opérations militaires et de la prise en charge des réfugiés », a-t-il insisté.

Le Tchad, pays pétrolier, de 12 millions d’habitants, traverse une crise sociale provoquée par le coût des opérations extérieures et la chute des prix du brut.

Sous l’autorité du président Idriss Déby, le gouvernement a mis en œuvre des mesures d’austérité impopulaires qui ont provoqué de longues grèves dans l’éducation.

Le groupe jihadiste nigérian Boko Haram mène depuis huit ans des raids meurtriers et des attentats-suicides dans les quatre pays riverains du bassin du lac Tchad. Ces attaques ont provoqué la fuite de plusieurs milliers de réfugiés ou déplacés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.