Cameroun : Extension des chemins de fer vers le Tchad

camrailDepuis quelques semaines, le secteur du transport  ferroviaire est en amélioration constante au Cameroun. Ainsi,  deux  nouvelles rames ont  été  mises en service les  5 et 16 mai dernier,  sur les lignes Douala-Yaoundé, et Yaoundé-Ngaoundéré. Désormais les autorités ambitionnent de  relier  Ngaoundéré à N’djamena, la capitale tchadienne.
Le  coût  prévisionnel de ce projet  est  estimé à  1.400 milliards de FCFA (2,4 milliards de dollars US).Le gouvernement camerounais pourra compter sur l’aide des partenaires financiers et techniques  en particulier la BAD (Banque africaine de développement).
Pour  le Tchad, ce projet  sera  d’une  grande utilité, car ce réseau ferroviaire  contribuera à désenclaver davantage  le  pays, sans  accès à la mer et qui utilise beaucoup  les voies terrestres pour le transport de ses marchandises.  Le gouvernement  tchadien s’est  d’ailleurs montré  favorable au tracé  d’une autre voie ferrée entre  Ngaoundéré  et Moundou, sa capitale économique.
Au Cameroun,  le chemin de  fer demeure l’un  des  moyens  de transport  le plus utilisé par les voyageurs. Ainsi,  selon la société  Camrail,   gestionnaire des  infrastructures ferroviaires, 1,4 million  d’usagers optent  annuellement  par le train. De même, le transport des marchandises  est  assuré en grande  partie par les voies ferrées. Entre 1999 et 2013, le volume des  marchandises  transportées  est ainsi passé de 730 à 1.145 millions de tonnes/km.
Aussi, les autorités n’hésitent-elles  pas à investir davantage dans la modernisation de ce secteur.  Un plan directeur  ferroviaire national  prévoit  de  doter le pays de nouvelles voies ferrées,  destinées notamment  à raccorder  les  pôles  économiques.  C’est le cas d’un projet  de construction d’une ligne de 500 km, pour  relier le  port de Kribi (Sud) à Mbalam,  site d’exploitation du minerai de fer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.