Fin de la grève des fonctionnaires en Côte d’Ivoire

Les syndicats de fonctionnaires ivoiriens, qui observent un mouvement de grève générale depuis le 9 janvier, ont annoncé dimanche soir, la suspension de leur grève pour donner une chance aux négociations, a annoncé le président de la Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public de Côte d’Ivoire.

« Les organisations (syndicales) ont décidé de suspendre leur mot d’ordre de grève pour donner une chance aux discussions », a affirmé à la télévision nationale, Théodore Gnagnan Zady, de la plateforme qui regroupe une cinquantaine de syndicats de fonctionnaires.

« Sur cette base, je vous invite à la reprise du travail ce lundi 23 janvier, dès 7h30. Camarades, reprenons le travail pour que le pays reprenne », a-t-il conclu, en précisant que de nouvelles négociations auront lieu à partir de ce mardi.

Les représentants syndicaux des fonctionnaires ivoiriens qui avaient annoncé vendredi vouloir consulter leur « base » en assemblée générale pour déterminer la marche à suivre après deux jours de négociations avec le gouvernement, avaient décidé samedi de reconduire pour cinq jours, leur grève, avant de se rétracter ce dimanche.

Les fonctionnaires avaient estimé samedi lors d’une assemblée générale que les concessions faites par le gouvernement ne sont pas suffisantes, malgré certains points d’accord.

Un porte-parole de la plateforme a expliqué à la presse que « la grève continue ce lundi pour obtenir le stock des arriérés » de primes et salaires ainsi que « l’intégration effective (dans la fonction publique) des agents journaliers, la revalorisation de points d’indice » (augmentation de salaires) et le changement du mode de calcul des retraites.

Les grévistes protestent aussi contre une réforme des retraites intervenue en 2012, mais dont les premiers effets se font véritablement sentir en 2016, avec la mise à la retraite de fonctionnaires touchés par la loi.

Cette réforme fait passer l’âge de la retraite de 55 à 60 ans, voire 65 ans pour les grades les plus élevés. Les cotisations augmentent de 6 à 8,33% du salaire, alors que les pensions ont été réduites de 30 à 50% selon les catégories.

Samedi soir, le ministre de la fonction publique, Pascal Abinan Kouakou avait assuré dans un communiqué lu à la télévision nationale, avoir trouvé un accord sur la plupart des revendications des syndicats et que d’autres points restent à discuter.

Il a invité les fonctionnaires à reprendre le travail, leur promettant que les discussions se poursuivraient le mardi 24 janvier avec les syndicats dans le cadre d’un groupe de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.