Le président soudanais Béchir met en garde contre «toute descente dans la rue»

SUDANAlors que des militants soudais ont appelé à une nouvelle grève de deux jours, les 19 et 20 décembre prochain, le président soudanais Omar Al-Béchir a prévenu ce lundi que toute tentative visant à renverser son régime serait sévèrement réprimé.

L’appel à une grève dans tout le pays a été lancé en vue de protester contre la décision du gouvernement d’augmenter les prix notamment ceux des médicaments.

« Nous avons entendu ces derniers jours des appels à renverser le régime lancés par des personnes cachées derrière leurs claviers », a déclaré devant des partisans rassemblés dans la ville de Kasala (est), le président Béchir, affirmant que « ce régime ne sera pas renversé par des claviers et  WhatsApp », lors de son discours retransmis à la télévision.

Faisant allusion aux heurts sanglants qui avaient opposé manifestants et forces de l’ordre en 2013 à l’occasion d’une précédente hausse des prix consécutive à une réduction des subventions qui avaient fait près de 200 morts selon des organisations de défense des droits de l’Homme, le président soudanais a ajouté sur un ton menaçant : «Je vous défie de descendre dans la rue..Mais vous ne viendrez pas car vous n’avez pas oublié ce qui s’est passé».

Des militants de l’opposition appellent sur les réseaux sociaux et sur  l’application WhatsApp à une nouvelle grève générale et à des manifestations les mêmes jours à Khartoum et dans d’autres villes pour « renverser le régime ».

Plusieurs manifestations ont eu lieu ces dernières semaines au Soudan contre la hausse de 30% des prix du pétrole et du diesel, annoncée début novembre, et la dépréciation de la livre soudanaise, qui ont entraîné une augmentation des prix de nombreux produits, notamment des médicaments.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.