Les pays des Grands Lacs vont vont renforcer leurs contingents dans la mission de l’ONU en RDC

rdc-contingentsLes dirigeants des pays des Grands-Lacs réunis à Luanda, ont appelé dans un communiqué final, les Etats de la région et d’Afrique australe à « fournir des contingents supplémentaires » à la Monusco, la mission de paix des Nations Unies en République démocratique du Congo (RDC), qui traverse une grave crise politique.

Ces dirigeants ont demandé aux Etats membres « de la Conférence internationale sur la région des Grands-Lacs (CIRGL) et de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) de fournir des contingents afin de « renforcer les opérations menées contre les forces négatives » en RDC, « en étroite collaboration » avec Kinshasa, indique le communiqué.

A la fin du sommet qui s’est tenu mercredi à Luanda, les présidents de l’Angola, Jose Eduardo dos Santos, de la RDC, Joseph Kabila et du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, se sont réunis à huis-clos. Selon une source proche du sommet, Luanda et Brazzaville « se sont engagés à (…) envoyer, avant la fin du mandat de Joseph Kabila (le 20 décembre, NDLR) des militaires supplémentaires » pour renforcer la mission des Casques bleus en RDC.

La RDC est minée par une crise politique profonde liée au report de la présidentielle qui devait se tenir cette année, au terme du mandat du président sortant, Kabila, prévu par la Constitution pour le 20 décembre prochain.

En octobre, la majorité congolaise et une frange minoritaire de l’opposition ont convenu dans le cadre du dialogue national, de reporter ce scrutin à avril 2018.

L’accord prévoit la constitution rapide d’un nouveau gouvernement qui devrait être conduit par une personnalité de l’opposition, mais ne dit pas expressément que Kabila, au pouvoir depuis 2001, ne sera pas candidat à la fin de son mandat alors que la Constitution lui interdit de se représenter.

Présente depuis 1999 en RDC, la Monusco qui compte actuellement près de 20.000 hommes en uniforme, a pour mission essentiellement axée sur la protection des populations civiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.