Juba et Khartoum prorogent leur accord pétrolier

accord-petrolier-juba-khartoumLe Soudan et le Soudan du Sud ont convenu ce mardi, de proroger leur accord pétrolier mais sans s’entendre dans l’immédiat, sur son volet financier, selon des responsables des deux pays.

Après sa sécession en 2011 du Soudan, le Soudan du Sud avait accepté de payer à Khartoum, une redevance pour pouvoir utiliser les structures pétrolières et les pipelines du Soudan afin d’exporter son pétrole.

«Les deux parties ont convenu de prolonger l’accord pétrolier devant expirer avant la fin de l’année», précise un communiqué conjoint publié ce mardi.

Les discussions sur cet accord ont été menées depuis dimanche dernier, par les ministres du Pétrole des deux pays à l’occasion de la première visite Khartoum, du nouveau vice-président sud-soudanais, Taban Deng Gai.

Mais les deux pays ne sont pas parvenus à décider des termes financiers de l’accord, a déclaré un responsable proche des négociations, ajoutant que de nouvelles discussions devraient avoir lieu d’ici un mois pour finaliser ces détails.

En raison de la chute des prix de pétrole, le montant de la redevance payée par Juba à Khartoum, a dépassé les revenus tirés des ventes de pétrole du Soudan du Sud lui créant des déficits budgétaires à l’heure où il traverse déjà une grave crise politique.

La production pétrolière du Soudan du Sud est estimée à environ 150.000 barils par jour, soit deux fois moins par rapport aux 350.000 à l’indépendance en 2011.

Du fait de la guerre civile qui oppose depuis 2013 les forces rebelles de Riek Machar et celles du président Salvar Kiir, de nombreux champs pétroliers ont cessé de fonctionner dans le pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.