Sommet de la Ligue arabe: Omar El-Béchir accuse la CPI de corruption

bechirLe président soudanais Omar el-Béchir a accusé ce lundi à Nouakchott, la Cour pénale internationale (CPI) de corruption, dans un discours prononcé devant le 27ème sommet de la Ligue arabe qui se tenait dans la capitale de la Mauritanie.

Les dirigeants de la Ligue Arabe se sont réunis ce lundi à Nouakchott qui abritait le sommet arabe qui était initialement prévu pour deux jours, mais il a été bouclé en une journée, et n’a vu la participation que de 6 chefs d’Etat aux cotés de leur homologue mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz.

La CPI est «minée par la corruption» et son action «ne contribue en rien à rendre la justice sur un plan international, mais plutôt à entacher l’image de notre pays (le Soudan)», a souligné le président soudanais Béchir qui fait l’objet de deux mandats d’arrêt émis en 2009 et 2010 par la CPI qui le poursuit pour «crimes de guerre» et «crimes contre l’humanité» et «génocide» commis lors de la crise du Darfour, où les violences ont fait plus de 300.000 morts.

«Les médias ont récemment relayé une information, selon laquelle la CPI s’adonne à des activités de corruption et nous disposons de documents pour en apporter les preuves réelles», a affirmé le chef d’Etat soudanais.

Le Sommet de la Ligue Arabe qui s’est tenu ce lundi à Nouakchott avait pour thème «terrorisme» et «force arabe».

Sur les 22 pays membres, outre le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, seuls 6 chefs d’Etats ont fait le déplacement à Nouakchott, l’émir de l’Etat du Koweït, Cheikh Salah Al Hamid Al Jaber Sabah, l’émir de l’Etat du Qatar, Temim Ben Hamed Al Thani, le chef de l’Etat du Soudan, Omar El Béchir, les présidents de la république des Comores, Azali Assoumani, de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh et du Tchad, Idriss Deby Itno, invité en sa qualité de président en exercice de l’Union Africaine. Les autres dirigeants ont soit désisté ou se sont fait représenter.

En prélude à cette rencontre, un conclave a réuni samedi dans la capitale mauritanienne les ministres des affaires étrangères. Selon le document publié à l’issue des travaux, il a été question de soutenir toute initiative visant à ramener la paix notamment en Libye et au Yémen.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.