Mali: L’insécurité plonge plusieurs familles dans le spectre de la famine

mali-famineQue les récoltes soient bonnes ou mauvaises, l’Afrique de l’Ouest doit gérer chaque année entre 3 et 5 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire.

Les taux de malnutrition aiguë globale (MAG) dans le Sahel dépassent le seuil d’alerte de 10 %, au moins depuis quinze ans. Dans de nombreuses zones, ces taux dépassent régulièrement le seuil d’urgence de 15 %.

Au Mali, la situation alimentaire et nutritionnelle est également tendue. Le bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indiquait début novembre 2015, que la prévalence de la malnutrition aiguë globale dans la région de Tombouctou est passée de 14,8 à 17 %

Près de 40 % des enfants de moins de 5 ans accusent un retard de croissance. La pauvreté, qui limite l’accès aux marchés, la faiblesse des systèmes de protection sociale, la mauvaise situation sanitaire sont autant de causes qui permettent d’expliquer ce paradoxe. Sans compter le rôle croissant des conflits et de l’instabilité politique.

L’année 2016 s’annonce encore plus sombre, malgré des campagnes agricoles tout à fait satisfaisantes. Selon les données du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) sur la situation alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest, les perspectives s’avèrent en effet globalement bonnes. La région enregistre une production vivrière céréalière de 63,6 millions de tonnes, soit une hausse de 5 % par rapport à la campagne précédente et 12 % par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes.

La production de tubercules, estimée à 158,6 millions de tonnes, est également en hausse de 8 % et de 18 % respectivement par rapport à la dernière campagne et à la moyenne quinquennale.

Seul le Tchad a enregistré une baisse de sa production vivrière de 12 %. D’une façon générale, les marchés sont bien approvisionnés et l’offre en produits vivriers est d’autant plus satisfaisante que les nouvelles récoltes arrivent. Malgré le démarrage difficile et tardif de la campagne agricole, le ciel a été clément avec le Sahel et l’Afrique de l’Ouest, une région dont l’agriculture dépend encore largement de la pluviométrie.
Effondrement du cours du pétrole

Néanmoins, l’insécurité pourrait bien être cette année la principale cause ou le facteur aggravant déterminant de la malnutrition aiguë. Près de 10,5 millions de personnes pourraient faire face à une situation de crise alimentaire lors de la prochaine période de soudure, dont 5,2 millions dans le nord du Nigeria. Tout le pourtour du lac Tchad – en proie aux exactions de Boko Haram – est concerné, avec son lot de déplacés et de réfugiés : 1,7 million selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), dont 1,4 million pour le seul Nigeria.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.