Migration, changement climatique, la CEDEAO veut un débat sérieux et responsable

changement_climatique1Un débat « sérieux et responsable » sur la migration et le changement climatique a été souhaité par les chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique et de l’Ouest (CEDEAO), à l’issue d’un sommet extraordinaire samedi à Dakar.

« Nous avons eu des échanges opportuns sur la migration et le changement climatique, qui sont deux enjeux majeurs et prioritaires pour lesquels la CEDEAO compte poser un débat sérieux et responsable, en perspective des sommets de Malte (sur la migration) et de Paris (sur le climat) » a déclaré le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall, qui préside en ce moment l’organisation ouest-africaine.

Dans la déclaration finale du sommet, les chefs d’Etats de la CEDEAO ont souhaité que « toutes les parties parviennent à un accord fondé sur le principe de la responsabilité commune, mais différenciée ».
Aussi, au cours du sommet qui portait sur « la situation politique et sécuritaire » de la sous-région, les dirigeants ouest-africains ont également examiné la crise politique en Guinée-Bissau. « Notre organisation continuera de suivre l’évolution de la situation en Guinée-Bissau pour aider à la consolidation de la paix et de la stabilité institutionnelle », a déclaré Macky Sall.

« Voilà pourquoi nous avons souhaité proroger de six mois le mandat de la mission de la mission de la CEDEAO en Guinée-Bissau »,  a-t-il annoncé. Cette mission, constituée environ de 500 policiers et militaires, a été déployée en Guinée-Bissau depuis 2012 après un coup d’Etat pour « assister le pays dans la mise en œuvre de la réforme du secteur de la défense et de la sécurité ».

La CEDEAO a appelé la communauté internationale à appuyer financièrement cette mission. La Guinée-Bissau est en crise depuis le limogeage en août du Premier ministre Domingos Simoes Pereira par le président José Mario Vaz en raison de divergences entre les deux hommes. Le pays n’a plus de gouvernement depuis un mois, la nomination d’un nouveau chef de gouvernement, Baciro Dja, ayant été invalidée par la Cour suprême la semaine dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.