Afrique du Sud : les bénéfices de Eskom chute de moitié

esskommEskom, la compagnie nationale d’électricité sud-africaine confrontée actuellement à de grandes difficultés financières, a annoncé mardi, que ses bénéfices avaient chuté de 49% sur les douze derniers mois.

Le groupe a révélé que son bénéfice net pour 2014/2015 s’établissait à 3,6 milliards de rands (253,6 millions d’euros), contre 7,1 milliards de rands (502 millions d’euros), l’année dernière, alors que l’économie du pays est minée par de fréquentes coupures du courant électrique que la compagnie impose.

L’avenir de notre compagnie est dépendant de bases financières solides, indique le rapport publié par Eskom, justifiant cette chute par la baisse de 0,7% de ses ventes d’électricité.

Une baisse dont la cause est en partie due selon elle, aux délestages qu’elle est contrainte d’imposer à travers le pays pour soulager la pression sur le réseau vieillissant.

Ces coupures d’électricité ont conduit Eskom à se tourner vers des producteurs d’énergie indépendants, entraînant un coût supplémentaire de l’énergie de 13,6 milliards de rands (960 millions d’euros), pour cette année fiscale.

Aussi, Eskom doit également composer avec une énorme créance des municipalités qui n’ont pas payé leurs factures électriques et qui s’élève à 2,4 milliards de rands (170 millions d’euros) sur la dernière année fiscale.

Les problèmes d’électricité récurrents en Afrique du Sud minent la croissance économique et touchent particulièrement les secteurs miniers et manufacturiers, suscitant la méfiance des investisseurs.

« Les coupures électriques coûtent à notre économie près d’un point de croissance et demeurent un grand défi », a regretté le président sud-africain, Jacob Zuma au cours d’un point presse, mardi.

En mai, l’agence nationale des statistiques avait estimé que ces coupures de courant étaient l’une des principales causes de la croissance moribonde de l’Afrique du Sud, dont le taux avoisinait les 1,3% pour les premiers six mois de 2015.

L’essentiel du parc actuel de centrales électriques d’Eskom, qui livre 95% de l’électricité au pays, tourne au charbon, à l’exception de la centrale nucléaire de Koeberg (sud-ouest). Deux nouvelles super-centrales à charbon sont en construction, et le gouvernement de Jacob Zuma veut aussi s’équiper de six à huit nouveaux réacteurs nucléaires (9.600 MW). L’appel d’offres devrait être lancé dans les prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.