La Chine décroche un contrat de 9 milliards de dollars en Tanzanie

crmLa Tanzanie a signé plusieurs contrats d’un montant global de 9 milliards de dollars avec un consortium d’entreprises chinoises conduit par l’opérateur public China Railway Materials (CRM), pour le développement de ses infrastructures ferroviaires sur plus de 3.500 km.

Le ministre tanzanien des Transports, Samuel Sitta, a annoncé, le samedi 30 mai, la signature de plusieurs contrats avec le consortium d’entreprises chinoises en vue de la construction de nouvelles lignes de chemin de fer dans la deuxième économie est-africaine.

D’un montant de 7,6 milliards de dollars, le premier projet devrait débuter en juin. Il permettra de «relier sur une distance de 2.561 kilomètres le port de Dar Es-Salaam aux pays voisins n’ayant pas accès à la mer». Parmi ces pays enclavés figurent le Rwanda, le Burundi, l’Ouganda, la Zambie et le Malawi. Autre pays limitrophe : la RD Congo, qui dispose d’un accès à l’Atlantique, mais ne compte pas d’ouverture sur l’océan indien.

« Un consortium de sociétés de chemins de fer chinois dirigé par CRM a été choisi pour nous aider à construire la ligne de chemin de fer », a déclaré le ministre tanzanien, ajoutant que le consortium contribuera directement au financement du projet à hauteur de 10 % et que la banque d’affaires Rothschild finalisait le financement du projet auprès d’un ensemble de banques.

Samuel Seita a également annoncé la signature d’un accord-cadre de 1,4 milliard de dollars avec le constructeur China Railway Engineering Group Co, pour la construction d’une ligne ferroviaire de 1 000 km, devant relier plusieurs zones d’exploitation minières au port de Mtwara, situé au sud du pays.

Le pays n’en est pas à son premier partenariat avec la Chine puisqu’en 2014, il avait signé un accord avec China Merchant Holding International (ISMC) pour la construction d’un nouveau port et le développement de la zone économique de Bagamoyo, située au nord de Dar Es-Salaam. Le coût du projet s’élevait à 10 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.