Nigéria : Un atelier de fabrication de bombes artisanales appartenant à Boko Haram découvert

L’armée nigériane, a annoncé avoir découvert un atelier de fabrication d’armes appartenant à la secte islamiste Boko Haram. L’atelier, était érigé à Buni Yadi, dans le nord-est du pays, une ville reprise entre les mains des insurgés samedi dernier. 

Les combattants de Boko Haram tombent sous les balles de l'armée tchadienne
Des combattants de Boko Haram

Selon le porte-parole de l’armée nigériane, Chris Olukolade, Buni Yadi, était contrôlé depuis le mois d’Août 2014 par les insurgés.  L’offensive menée par l’armé nigériane, a donc permis de repousser Boko Haram, de cette ville de l’État de Yobe.

Et, à en croire, Chris Olukolade, c’est lors de la fouille « systématique » de la ville, qu’ « une quantité importante d’engins explosifs improvisés, dont ceux généralement utilisés par les auteurs d’attentats-suicides, ont été retrouvés sur le site », a-t-il indiqué dans un communiqué.

L’on apprend, qu’au cours de l’offensive de l’armée  pour la reprise de la ville, quatre soldats avaient été tués par des explosions de bombes artisanales. Bien plus, l’avancée de l’armée avait été freinée par la présence de ces engins explosifs sur la route menant à la ville de Buni Yadi.

L’atelier de fabrication de bombe artisanale, était situé dans une entreprise d’engrais, apprend-on. «Certains produits présents dans (l’entreprise) étaient utilisés pour les transformer en toutes sortes d’engins explosifs improvisés », explique le porte-parole de l’armée nigériane.  Il relève que les explosifs et matériels trouvés dans l’atelier de fabrication de bombes artisanales, ont été évacués vers la base matérielle de l’armée nigériane.

Dans les équipements de Boko Haram, ont été également trouvée une importante quantité de ceintures d’explosifs utilisées pour les attentats-suicides, apprend-on dans le communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.