Zimbabwe : La licence télecom de Telecel annulée

Telecel, le 3ème opérateur de téléphonie mobile au Zimbabwe, n’est plus habilité à exercer. La compagnie de téléphonie mobile, a vu sa licence télécom annulée par le gouvernement zimbabwéen. Ce, au motif de non-paiement par l’entreprise de  la somme de 137,5 millions de dollars représentant les frais de licence qu’elle doit à l’Etat.

telecel_new

L’on apprend auprès de Supa Mandiwanzira, le ministre des technologies de l’information et de la communication, des services Postaux et du Courrier, que la société de téléphonie mobile NetOne, risque également de perdre sa licence. Elle n’a également pas encore réglé le montant de sa licence. Ceci, contrairement à l’opérateur Econet Wireless.

L’annulation de la licence télécom de Telecel, « tombe au plus mauvais moment » a indiqué des responsables de Vimpelcom, détenteur de Telecel à 60%. En effet, Vimpelcom,  empêtré dans une dette « colossale » de 20 milliards de dollars, a décidé depuis 2013 de se retirer des marchés subsahariens et cherche un repreneur pour ses filiales Telecel en RCA et au Zimbabwé ainsi que U-Com en Ouganda. D’ailleurs, le groupe a déjà fait appel aux investisseurs à manifester leur intérêt pour leurs parts dans leur filiale zimbabwéenne. Ainsi, avec cette annulation, les actifs de Vimpelcom mis sur le marché, pourrait connaître une chute de la valeur.

Mais, pour les acteurs du secteur des TIC au Zimbabwé, cette annulation de la licence de Telecel, sonne comme une brèche vers la nationalisation de la société. Selon les spécialistes du secteur de téléphonie mobile, la nationalisation de Telecel permettrait aux réseaux publics NetOne et TelOne d’atteindre une masse critique d’abonnés pour être viables. Aussi, elle renforcerait l’image du gouvernement dans sa lutte forcée pour une indigénisation des capitaux étrangers. Comme ce fut le cas, avec les fermes qui avaient été arrachées aux propriétaires blancs, pour le confier aux fermiers nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.