Centrafrique: Le ministre de la jeunesse et des Sports libéré

Enlevé le 25 janvier 2015 à Bangui, le ministre centrafricain de la jeunesse et des sports, Armel Ningatoloum Sayo, a retrouvé la a été libéré, dans la nuit de mardi à mercredi dernier. L’ex-chef rebelle, avait été capturé par des hommes armés, au quartier Galabadja dans le 8e arrondissement, précisement au nord de Bangui, apprend-on.

armel_sayo

L’enlèvement s’est perpétré aux environs de 09 heures, alors qu’il rentrait de l’église. Le ministre se trouvait au volant de sa voiture de commandement.  Son épouse après le rapt, avait confié à la presse les ravisseurs sont arrivés à bord d’un taxi non numéroté, ni immatriculé.

La prise d’otage du ministre des sports survenu, a la fin du mois de janvier, s’était déroulée lors d’une série d’enlèvements enregistrés dans la capitale. D’après la famille du ministre et les autorités centrafricaines, il serait en bonne santé.

Ex chef de la rébellion Mouvement révolution-justice basée dans le Nord-Ouest, Armel Ningatoloum Sayo, a reussi à retrouver la liberté, après moult négociations « difficiles ». Elles étaient diligentées par le ministre de la Sécurité publique, l’archevêque de Bangui Dieudonné Nzapalainga (qui avait déjà travaillé sur la libération de la Française), et un groupe d’anciens leaders anti-balaka. La présidente de la transition Catherine Samba Panza, avait également mis sur pied une cellule de crise.

Les anti-balaka, soupçonnés d’être de mèche avec les ravisseurs, ont nié toute implication dans ce rapt.  Le chef des anti-balaka Patrice Édouard Ngaïssona, a déclaré mercredi, que les enlèvements ont été « commandités depuis Naïrobi, au Kenya, où viennent de terminer des négociations informelles entre leaders des groupes armés rivaux en RCA », indique-t-il, sans toutefois donner des précisions sur les noms.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.