Burkina Faso : Le conseil des ministres empêché

Régiment de sécurité présidentielle (RSP) a empêché la tenue du traditionnel Conseil des ministres qui devait se tenir, ce mercredi 04 février 2015. A l’origine une tension entre le lieutenant-colonel Zida, par ailleurs premier ministre et la garde présidentielle dont il est le numéro 2.

Zida

Issac Sida, a été attendu pendant « une heure » par les ministres au palais présidentiel de Kosyam, avant d’abandonner la salle vide, apprend-on. Normal, le premier ministre ne pouvais pas honorer de sa présence, car il présidait une autre réunion avec les membres de la RSP, qu’il a appelé récemment à dissoudre alors qu’il en est le numéro 2. Aujourd’hui, le Régiment de sécurité présidentielle.  exige la démission de Zida et tout son gouvernement

La dissolution « pure et simple » de la RSP avait été réclamée par Isaac Zida, le 13 décembre 2014, au cours des manifestations pour la commémoration de la mort du journaliste Nobert Zongo, assassiné en 1998 alors qu’il enquêtait sur le meurtre de David Ouédraogo, un chauffeur de François Compaoré, le frère de l’ex-président.

Le 30 décembre 2014, la RSP avait déjà interrompu le conseil des ministres le 30 décembre pour exiger des comptes à Zida et lui donner l’ordre de revoir les nominations qu’il avait faites dans l’Armée.  Depuis le départ de Blaise Compaoré chassé par la rue fin octobre 2014, après 27 ans de pouvoir, des autorités installés dans le gouvernement de transition, ont toujours trouvé que la garde présidentielle, constitue une question « épineuse ».

En décembre 2014, l’ONG international Amnesty International avait pointé du doigt la RSP pour son usage « excessif et létal » de la force durant les manifestations anti-Compaoré, de même que certains gendarmes et militaires. Des organisations de la société civile ne cessent de demander la démantèlement du RSP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.