Maroc : 175 millions de dollar pour la maintenance des futurs TGV marocains

La maintenance de la ligne TGV (train à grande vitesse) en construction entre Tanger et Casablanca, va être assurée par une société mixte. Cette société va être mise en place par la l’opérateur ferroviaire marocain et l’opérateur ferroviaire français, l’ONCF et la SNCF.

TGV-maroc

Un contrat d’entretien de 175 millions d’euros (1,9 milliard de dirhams), a été fixé a cette filiale commune. Le contrat va s’étendre sur 15 ans. Et, dans la société commune, 60% des parts seront détenus par l’ONCF et 40% par  la SNCF.

La création de la société conjointe est attendue pour le premier semestre de l’année 2015. D’après les termes de l’accord, apprend-on, la société conjointe va également se charger des opérations de maintenance ou de support pour les activités propres de la SNCF. Le coût des travaux est fixé à 90 millions d’euros.

D’après l’entreprise, ces travaux vont consister à la réparation des pièces, l’assistance technique à distance et in situ, la réalisation des prestations d’ingénierie de maintenance et de transport des pièces entre la France et la ville marocaine de Tanger.

Après les 15 ans dédiés aux travaux, certaines opérations techniques ou de maintenance de la SNCF devront être délocalisées vers le Maroc dans un futur proche. En rappelle, depuis le lancement de ce projet plusieurs acteurs de la société civile marocaine, se sont toujours opposés à sa réalisation.

Même si le TGV marocain sera le premier en Afrique, pour le collectif dénommé « Stop TGV », ce projet n’était pas prioritaire. Membre de ce collectif, Omar Balafrej, avait estimé dans un entretien accordé au journal le Monde que c’est un projet qui n’est pas prioritaire pour le Maroc. « 25 milliards de dirhams, c’est l’équivalent de 25.000 écoles dans le monde rural, c’est 16.000 bibliothèques, 10. 000 médiathèques, c’est 25 centres universitaires hospitaliers, quand on sait qu’une grande ville comme Agadir n’a pas de centre universitaire hospitalier. », avait-il indiqué pour rejeter le projet.

Le projet TGV du royaume marocain, s’inscrit dans le cadre d’un plan global de développement de lignes à grande vitesse sur 1.500 km qui permettra, à l’horizon 2035, le transport de 130 millions de passagers sur des lignes nouvelles comprenant l’axe “Atlantique” Tanger-Casablanca-Marrakech-Agadir et l’axe “Maghrébin” Rabat-Fès-Oujda.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.