Nigéria : Une bombe fixée sur fillette explose et tue 19 personnes à Maiduguri

Au moins 19 personnes ont trouvé la mort, samedi 10 janvier 2015, après l’explosion d’une bombe fixée sur une fillette d’une dizaine d’année dans le marché de Maiduguri, grande ville du nord-est du Nigeria.

maiduguri
2000 personnes ont été exécutées par la milice de Boko Haram ces derniers jours

L’attentat à la bombe n’a pas encore été revendiqué par un groupe terroriste. Toutefois, toute porte à croire que c’est la secte islamiste Boko Haram, qui en serait à l’origine. Car, depuis pratiquement six ans, le groupe rebelle Boko Haram multiplie des attentats en utilisant des femmes et des fillettes.

Le groupe rebelle islamiste, veut imposer au Nigéria un Etat islamique rigoriste. Dans cet attentat survenu dans le marché de Maiduguru, le porte-parole de la police de l’Etat de Borno dont Maiduguri est la capitale, a indiqué que 18 autres personnes ont été blessées.

La fillete, morte sur le coup, portait une bombe artisanale, apprend-on. Et, d’après des responsables de la croix rouge, l’on compte parmi les blessés « des cas graves qui peuvent succomber à leur blessure ».

Dans la même journée de samedi, une autre  explosion à Potiskum, capitale économique de l’Etat de Yobe, a fait un mort, dont un policier. L’agent de force de l’ordre a été tué alors qu’il contrôlait un véhicule devant un poste de police.

Le chauffeur de la voiture piégée, a également péri dans l’explosion. Une troisième « puissante » explosion a également secoué le « Monday market », ce samedi, aux environs de 12 h 40mn. Une heure à laquelle l’on note une grande affluence de vendeurs et clients.

Les deux attentats meurtrières interviennent une semaine seulement, après le massacre perpetré par Boko Haram, dans le village de pêcheurs de Baga dans l’Etat de Borno (nord). D’après les chiffres révélés par Amnesty International, 2000 personnes ont été exécutées par la milice de Boko Haram.

Dans son communiqué, Amnesty International, souligne que cette attaque constitue le « pire massacre » jamais perpétré par le groupe islamiste, ces derniers jours. L’on apprend dans ce communiqué que « des centaines de corps, trop nombreux pour être comptés, demeurent éparpillés dans la brousse du Nigeria ».

La ville de Baga et 16 campements situés près du Lac Tchad, ont été détruits. Cette attaque a déjà provoqué plus de 20 000 déplacés, selon les chiffres officiels.  La dernière attaque « meurtrière » perpétrée par Boko Haram, date du 14 mars 2014.  Les rebelles avaient massacré près de 600 personnes, lors d’une attaque de la caserne militaire de Giwa, dans la ville de Maiduguri.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.