La mauvaise santé de la SENELEC

« La SENELEC (Société nationale d’électricité sénégalaise) se porte très mal et elle est même en quasi-faillite parce qu’elle ne peut plus faire face à ses dettes immédiates ». Telle était la déclaration devant la presse à Dakar  du Premier ministre sénégalais Souleymane Ndéné Ndiaye. Il a estimé la dette de la SENELEC à environ 585 millions de dollars US.
C’est le résultat des audits effectués sur cette société par le cabinet Mc Kinsey. Dans son plan d’action, le cabinet Mc Kinsey a proposé la restructuration de la SENELEC avec, entre autres recommandations, la location de deux centrales d’une capacité totale de 150 mégawatts, d’ici la fin du mois d’août 2011. Une première centrale de 50 mégawatts sera ainsi louée à la fin du mois d’avril prochain et une autre centrale d’une capacité de 100 mégawatts sera louée entre les mois de juillet et août 2011. Le gouvernement sénégalais souhaite ainsi, au titre des mesures immédiates, soulager la SENELEC en augmentant de 250 mégawatts sa capacité d’ici la fin de l’année.
Mr Souleymane a annoncé que le budget nécessaire pour atteindre cet objectif « proviendra inéluctablement de ponctions budgétaires ». Mais il a également assuré que ces prélèvements sur le budget n’entraîneront pas d’annulation de projets, mais seulement leur décalage dans le temps.
Le gouvernement sénégalais montre par là sa volonté de trouver une solution aux problèmes quotidiens que connaît le pays dans le sous-secteur de l’électricité pour pouvoir sereinement réaliser l’une de ses priorités, fournir du courant en continu aux populations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.