Crash au Mali : La piste d’un accident liée probablement à la météo

Lors d’une conférence de presse de jeudi, Rémi Jouti, directeur du BEA (Bureau d’Enquêtes et d’Analyses) a présenté les avancées de l’enquête sur le crash de l’avion d’Air Algérie le 24 juillet dernier au Mali.

remi-jouiti
La rencontre avec les médias s’est déroulée au lendemain du retour en France des gendarmes français envoyés sur la zone d’accident dans le nord-est du Mali, notamment pour collecter les restes humains à des fins d’identification des victimes. Le mystère est encore total. Aucune certitude n’a encore pu être établie, en dehors du fait que l’avion essayait de contourner une zone orageuse au moment où il a commencé à perdre de la vitesse. Selon la trajectoire de l’avion et la concentration des débris au sol, les enquêteurs pensent que l’avion ne s’est pas désintégré en plusieurs morceaux en vol. L’hypothèse d’une action délibérée n’est pas non plus écartée, malgré le fait qu’aucun autre élément que ceux de l’avion et des victimes n’ait été trouvé parmi les débris.

Les enquêteurs sont bien parvenus à récupérer l’une des deux boîtes noires, contenant les enregistrements des conversations de l’équipage, mais ne sont pas encore en mesure d’en exploiter les données. Un défaut de fonctionnement de l’enregistreur phonique, indépendant des dommages résultant de l’accident, empêche la lecture de la bande magnétique. Le président de la Commission sur les accidents et incidents de l’aviation civile au Mali a annoncé la publication d’un rapport d’étape à la mi-septembre.

L’avion d’Air Algérie, un McDonnell Douglas MD-83 immatriculé EC-LTV devait relier Ouagadougou à Alger et s’est écrasé dans le nord du Mali , 32 minutes après son décollage. Ses 116 passagers et membres d’équipage ont tous péri dans le crash.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.