Ouganda : Hausse des réserves de pétrole

L’Ouganda  n’ayant pas encore commencé l’exploitation de l’or noir annonce que ces réserves seraient de 6,5 milliards de barils et non de 3,5 comme annoncé auparavant.

ouganda-petrole
Encore absent du cercle des pays producteurs de pétrole, l’Ouganda entend intégrer prochainement leurs rangs. Pour l’heure, les autorités ont tenu à rectifier les prévisions initialement faites sur les réserves d’hydrocarbures. Cette réévaluation a été divulguée vendredi dernier par le gouvernement ougandais. Kampala aura tenu aussi à dévoiler la présence d’un important gisement de gaz naturel dans la région du lac Albert, située à la frontière avec le Congo Démocratique.

Avec l’exploitation prochaine de l’or noir, ce pays prévoit une augmentation de son budget de  2 milliards de dollars par an. Cette prochaine raffinerie  devrait suffire à le dispenser  de la dépendance énergétique pendant au moins 20 ans. Le surplus de ce gaz pourrait être exporté via des oléoducs vers une destination non encore certifiée. Ces prévisions, qui, rappelons-le, conviennent avec les 3,5 milliards de barils annoncés au départ, seront revues à la hausse dans les jours qui suivent.

A cette heure les autorités parlent du montant des investissements pour la mise en place des infrastructures pour cette exploitation. La production proprement dite de l’or noir est prévue pour 2017. Trois pays auront été conviés à cette entreprise, la France avec Total, la Chine avec CNOOC et les USA avec TULLOW.

Un bel avenir se profile pour l’Ougandais, surtout lorsqu’on sait qu’une bonne partie du lac Albert, 60%, ne serait pas encore explorée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.