Centrafrique : Retrait définitif des soldats tchadiens

soldat-tchadienLe Tchad a annoncé, mercredi, avoir  achevé le retrait de ses soldats au sein de la Misca, (force africaine en Centrafrique) qui devra désormais, se passer  des 850 soldats qui formaient le contingent tchadien.
Lors d’une cérémonie  à Sarh (au sud du Tchad),  N’djamena a annoncé officiellement le départ définitif de son contingent de la Centrafrique.  « Le dernier soldat a traversé la frontière le 13 avril à 20 heures », a déclaré le colonel Souleyman Adam, chef du contingent tchadien. Quant au premier ministre Pahimi Deubet Kalzeubé,  il s’est félicité d’un « retrait ordonné et discipliné ».  Au total,  833 soldats ont traversé la frontière avec armes et bagages,  alors  que près 15 des leurs ont perdu la vie dans les combats lors de leur déploiement en RSA.
N’djamena avait décidé le retrait de son contingent au début du mois d’avril, suite aux accusations portées par l’ONU contre les soldats tchadiens, soupçonnés d’avoir tué 24 civils à Bangui.
Le contingent tchadien représentait l’un des points forts de la force africaine Misca (6.000 hommes au total). Son départ laisse un vide certain, qui risque d’affaiblir le dispositif des forces françaises et africaines œuvrant  pour la pacification de Centrafrique.
Mardi, Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères,  a annoncé que le retrait du contingent   tchadien n’était pas définitif. «J’espère que ce n’est pas une option définitive parce que ce sont de bons combattants (…) Et il faut quand même que la protection soit assurée», a-t-il déclaré.
Il faut rappeler que le Tchad est l’un des plus grands alliés de Paris en Afrique. Les forces françaises et africaines devront attendre le déploiement de la force européenne Eufor, prévu en septembre prochain, suite à la décision récente du Conseil de sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.