Mali : Des marchés remportés par Thales et Razel-Bec

thales-mali-marcheLes groupes français Thales et Razel-Bec ont décroché des contrats de gré à gré octroyés par le secrétariat général des Nations Unies afin d’effectuer des travaux d’infrastructures dans le nord du Mali.
D’une valeur de 34,7 millions d’euros (46,2 millions de dollars), ce projet sera réalisé dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA). Ces contrats  s’étendent sur plusieurs aspects en particulier l’extension et la consolidation des pistes d’atterrissage dans les localités de Gao et Kidal (nord).
Pour rappel, ces deux villes ont été contrôlées par des rebelles Touareg et des djihadistes d’Ansar Dine pendant un an environ. C’est grâce à l’implication des militaires français aux côtés des forces maliennes dans le cadre de l’opération « Serval », entamée dès janvier 2013, que cette occupation a pris fin.
Est-ce en guise de reconnaissance que ces contrats ont été attribués à des groupes de l’Hexagone? En tout cas,  le ministère des Affaires étrangères français s’est impliqué à cette fin par le biais de l’une de ses branches, France Expertise Internationale, en charge de promouvoir le savoir-faire des entreprises françaises à l’étranger. Mais, ce n’est pas le seul argument qui a joué en faveur de Razel-Bec et Thales. Ainsi, le premier groupe travaille en Afrique depuis 1948 et dispose de plusieurs représentations locales au Niger, au Cameroun et en Mauritanie.
Toutefois la France reste très impliquée au Mali en  participant à hauteur de 48 millions de dollars au budget annuel de la MINUSMA pour la fourniture des biens et des services (260 millions de dollars).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.