Djibouti : Eboueuses récompensées

eboueeuse-djiboutiCette année, le « Grand Prix du chef de l’Etat pour la promotion de la femme » a été attribué au groupement des éboueuses de l’Office de la Voirie de Djibouti pour leur dynamisme dans le domaine de la protection de l’environnement.
Dotée d’une enveloppe de 3 000 000 de fdj, (plus de 17 000 dollar), la 14e édition de ce grand prix avait pour thème « Femme et environnement ».  A  l’occasion de la Journée internationale de la femme, le chef de l’Etat djiboutien, Ismail Omar Guelleh, a remis cette distinction au groupement des éboueuses qui opère dans la capitale djiboutienne.
Institué un an après l’accession de ce dernier au pouvoir, ce trophée a pour objectif de promouvoir le rôle de la femme djiboutienne dans le développement social et économique du pays en récompensant celles (femmes anonymes, associations ou groupements de femmes) qui se distinguent par leur exemplarité ou par des actions particulières dans un domaine ou un autre. L’occasion a été celle de passer en revue l’état des lieux de la situation de la femme djiboutienne.
Dans son discours, le président Ismail Omar Guelleh a souligné l’attachement historique de son pays à la cause féminine. Quelques avancées ont pu être mises en avant pour retracer l’évolution des droits de la femme en République de Djibouti qui, selon les aveux du président , est une construction lente, tributaire des aspirations de la société djiboutienne à un moment ou à un autre. Il est revenu sur l’interdiction des mutilations génitales féminines, la réforme du Code de la famille djiboutien qui a introduit une plus grande protection des droits de l’épouse, l’institution de la parité dans les représentations nationales et l’accession des femmes à des postes élevés. Toutefois, d’après les rapports de la cellule d’écoutes de l’Union nationale des femmes djiboutiennes, beaucoup de progrès restent encore à faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.