L’Etat ghanéen face à la dollarisation

safe_imageConstatant la dévaluation constante de la monnaie locale, la Banque du Ghana (BOG) a décidé de lutter contre une de ses causes, à savoir la cotation des prix, des biens et des services en dollars.

Au Ghana, pas mal de transactions se font couramment en billets verts. Il n’est pas rare qu’une prestation de service se facture en dollars. La même monnaie est utilisée lorsqu’il s’agit de régler les frais de scolarité dans les établissements de formation. Seul frein à cette tendance, c’est le fait que certaines personnes ne maîtrisent pas le cours de change entre les monnaies américaine et ghanéenne. Cette dollarisation a fini par avoir des effets sur le Ghana Cedis, qui perd sa valeur par rapport à d’autres monnaies à l’instar du Franc CFA.

Face à cette situation, la BOG a décidé de réagir .Cela fait déjà plusieurs mois que la première institution financière du pays a interdit de fixer les prix de biens et services en dollars. Mais, dans la pratique, la devise étrangère a toujours autant de succès et reste la première monnaie des transactions sur le territoire ghanéen.

De l’avis de certains observateurs, le gouvernement ghanéen devrait faire pression pour que l’arrêt de la cotation des prix des biens et services en dollars soit vraiment effectif. D’ailleurs, cela se fait dans d’autres pays du continent noir comme la Zambie.

En plus, l’Exécutif devrait se montrer exemplaire. Jusque-là, l’Etat ghanéen utilise le dollar lorsqu’il traite avec des entreprises locales, ce qui est paradoxal. Il faudrait donc que le gouvernement ghanéen mette officiellement une croix à l’usage du billet vert et, par la suite, q interdire la signature de tout contrat local avec le dollar comme devise. Une mesure ferme qu’il n’est certainement pas facile à prendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.