Guinée Bissau : arrivée du sénégalais Elton

Guinée Bissau arrivée du sénégalais EltonElton, la compagnie pétrolière sénégalaise, a fait son entrée en Guinée Bissau en prenant le contrôle d’Engen Bissau, le deuxième gestionnaire des stations services dans cet Etat ouest-africain. En fait, Elton n’a jamais caché son intention de conquérir plus de pays en Afrique Occidentale. Pour atteindre cet objectif, c’est en toute logique qu’il a commencé, mis à part le Sénégal, par un pays très proche du point de vue socio-économique et culturel, à savoir la Gambie. Et, à présent, c’est au tour de la Guinée Bissau de tomber dans l’escarcelle d’Elton. En clair, cette entreprise a acquis 85,11 % d’Engen Bissau, qui est la succursale locale du sud-africain Engen. Cette société, qui a vu le jour en 2008 après une reprise des activités du français Total, détient 24 % des parts du marché bissau-guinéen : ce qui se décline en un effectif de 12 salariés, 5 stations services et, enfin, un dépôt destiné à l’aviation. Ces actifs lui ont généré 26 millions de dollars américains de chiffre d’affaire en 2011. Pour le Directeur général d’Elton, M. Babacar Tall, « c’est un grand pas dans la matérialisation de l’ambition d’Elton d’être un acteur majeur dans la distribution de produits pétroliers en Afrique ». Et de poursuivre, « notre objectif est de nous implanter dans 10 pays africains sur les 5 prochaines années ». Le patron d’Elton a aussi indiqué que son entreprise maintiendra l’Afrique de l’Ouest comme son champ prioritaire d’investissement, les Etats de l’UEMOA et de la CEDEAO étant « un marché naturel pour Elton ». Quant aux caractéristiques du marché bissau-guinéen, il est de loin plus petit que celui du Sénégal : avec 50 000 tonnes, ce marché équivaut à 4 % de celui du pays de la Teranga. Mais là, il ne s’agit que de statistiques officielles. L’existence de circuits parallèles aux tonnages plus importants laisse entrevoir la possibilité d’une activité plus importante pour Elton.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.