Côte d’Ivoire/Maroc : un vaste projet immobilier

A l’occasion de la réunion du Groupe Consultatif à Paris, le gouvernement ivoirien et Alliances Développement Immobilier (ADI) se sont engagés dans un vaste projet de construction de 7 000 logements à Abidjan. Cet accord a été paraphé par le ministre ivoirien de la Construction et le président-directeur général du promoteur immobilier marocain.  Décidément, le périple français du gouvernement ivoirien a été riche en hauts faits. En dehors des promesses de financement décrochées, la haute délégation rentre avec moult partenaires dans son escarcelle. De ce lot fait partie le chérifien ADI. Ce groupe immobilier va se charger d’ériger pas moins de 7 000 habitations dans la principale ville ivoirienne et sa périphérie. Selon les termes du contrat, ce projet se développera en plusieurs tranches. En s’engageant sur cette piste, ADI est devenue, du coup, le second promoteur immobilier marocain à s’étendre en Afrique noire. Ce mouvement avait d’abord été lancé par son concurrent Addoha. Loin de s’en offusquer, l’entreprise spécialisée dans les BTP souhaite plutôt servir sa « stratégie de développement » tout en contribuant « à la résorption du déficit en logements sociaux en Côte d’Ivoire », comme elle l’a signalé par voie de communiqué. En effet, le pays ouest-africain connaît un manque de 400 000 logements. Pire, la moitié de ce déficit ne concerne qu’Abidjan, soit un besoin de 200 000 habitations.

C’est pour dire combien la situation de l’habitat est précaire dans la grande ville ivoirienne. Avec ADI, le gouvernement ivoirien va certainement profiter de l’expérience d’un groupe en pleine expansion. Diversifiant ses prestations (logements sociaux, développement des stations touristiques, …), l’entreprise marocaine a réalisé un chiffre d’affaire de 470 millions de dollars américains l’année dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.