Togo : la privatisation des banques

Actuellement, le gouvernement a engagé le processus conjointement pour la Banque Togolaise pour le Commerce et l’Industrie (BTCI) et la Banque Internationale pour l’Afrique au Togo (BIA Togo). Et, plusieurs intéressés n’ont pas tardé à se manifester. En ce qui concerne le premier établissement financier, il est convoité entre autres par Afriland First Bank. Après avoir gagné quelques pays de l’Afrique Centrale, la banque camerounaise veut mieux s’essaimer à l’Ouest du continent noir. Déjà implantée au Libéria, sa prochaine cible est vraisemblablement le Togo. Pour ce faire, elle aura affaire avec Ecobank. Ce dernier, qui est déjà présent un peu partout en Afrique, compte étendre son réseau sur le Togo. Enfin, le marocain Attijariwafa Bank revient dans ces privatisations. Il avait déjà été rejeté pour l’acquisition de l’Union Togolaise de Banques (UTB). Ce, en raison d’une offre (10 millions de dollars américains) jugée insuffisante par les autorités togolaises. Mais, apparemment, rien ne semble le décourager. Quant à la BIA, le Togo ne compte pas perdre toutes ses parts. Selon certaines sources proches du dossier, le gouvernement va céder 51 %. Pourtant, il en dispose de 68,71 %. Cette procédure a été quelque peu ternie en raison du retrait de White and Case. Ce cabinet d’avocats d’affaires, qui était le principal conseil du gouvernement togolais, a déploré un manque de transparence. Malgré son départ, la série de privatisations se poursuivra. Pour la BTCI, l’heureuse élue sera connue d’ici fin octobre.  Pour la BIA, il faudra attendre le terme du mois de novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.