Liberia : vers la première exploitation aurifère

Une junior britannique a découvert un gisement d’or viable au Libéria. Ce pourrait être les premiers pas d’une véritable exploitation aurifère dans ce pays ouest-africain. Dans le concert des grandes compagnies minières d’Angleterre, Aureus Mining ne figure pas. Mais, la situation de cette entreprise pourrait très vite changer. Elle vient de trouver une mine d’or à 100 km de Monrovia au nord-ouest du Libéria. Suite à une étude de faisabilité concluante, la compagnie minière compte y développer le projet New Liberty. En effet, le britannique estime que le gisement peut produire 120 000 onces d’or par an. Ce qui équivaut à 3,5 tonnes. Et, ce, pendant les 4 premières années d’exploitation. Une suite reste tout aussi envisageable, la mine ayant une durée de vie d’environs 8 ans. Ayant basé ses calculs sur un prix de 1 400 dollars américains par once, Aureus Mining a de quoi faire des plus values suivant le cours actuel. En effet, la même quantité d’or vaut présentement 1 800 dollars américains. Par ailleurs, cette découverte pourrait aussi sonner l’heure de la modernisation de l’exploitation aurifère au Libéria. Ce pays compte un bon nombre de mines d’or artisanales. Le long conflit armé qu’il a connu en est certainement la principale cause.

D’ailleurs, suite à la guerre, Aureus Mining n’avait pas pu exploiter son premier permis libérien, obtenu en 1998. La junior britannique va certainement se dépêcher de tirer le maximum de profit de son gisement. Selon certains experts, le permis New Liberty fait partie du « craton », la même formation géologique riche en or que celle exploitée en Côte d’Ivoire, en Guinée et en Sierra-Léone. Si tout va comme prévu, l’usine d’Aureus devrait être mise en marche dès début 2014. D’ici là, il ne sera guère étonnant que d’autres grands groupes miniers s’installent au Libéria. Le magnat américain de l’or Newmont, par exemple, a montré quelque intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.