Côte d’Ivoire : les ambitions de la SGBCI

La Société Générale de Banque de Côte d’Ivoire (SGBCI) entend multiplier ses représentations sur le territoire national afin d’être plus proche de sa clientèle. Pour ce faire, une stratégie bien élaborée a été mise au point. Compter 80 agences sur toute l’étendue du pays. Tel est l’objectif que s’est fixé la SGBCI pour la période 2012 – 2015. Par le biais de cette visée, l’établissement financier entend se faire une clientèle plus large. Ainsi, veut-il évoluer au rythme de 8 à 9 implantations par an. Un budget conséquent a déjà été réservé à la concrétisation de ce projet : 36 millions de dollars américains seront dépensés dans le développement sur les 3 prochaines années. Cela s’inscrit dans une logique vieille également de 3 ans : entre 2009 et 2011, la SGBCI a sorti environs 30 millions de dollars américains pour le même motif. Mais, seuls les bâtiments ne peuvent pas séduire. Raison pour laquelle, la SGBCI a placé l’homme au centre de ses préoccupations et désire lui offrir des services bancaires de qualité : loin de délaisser son corporate habituel, la filiale de la Société Générale va, en plus, se tourner vers les particuliers et les professionnelles au moyen du retail. Pour mieux appâter ces derniers, l’établissement financier envisage de réserver une enveloppe de 200 millions de dollars américains aux crédits personnels et crédits à la consommation début 2013. Il est fort probable que cette politique puisse marcher : en effet, même avant l’éventuelle hausse de cette ligne budgétaire, la SGBCI comptait 40 % des fonctionnaires ivoiriens sur ses 233 672 clients. De quoi être fier. La SGBCI semble avoir de beaux jours devant elle. Déjà, la banque a réalisé un bénéfice de 32 millions de dollars américains en 2011 et les prévisions de 2012 vont dans le sens d’une hausse. Ce, surtout que la Côte d’Ivoire est en pleine reconstruction. Le redressement économique doit donc profiter à tous, la SGBCI y compris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.