Burkina- Faso : La Banque Mondiale encourage la décentralisation

La Banque Mondiale soutient le Programme burkinabé d’Appui aux Collectivités Territoriales (PACT). Celui-ci a été officiellement lancé lundi par le Premier-Ministre, M. Luc Adolphe Tiao. Mettre à la disposition des élus locaux des moyens financiers et techniques afin d’induire une meilleure gestion et l’épanouissement des communes, tel est l’objectif du PACT. Cette initiative entre dans la grande politique de décentralisation. Prévue pour une durée de 10 ans, elle se scindera en deux phases : la première comportera 6 régions, à savoir, les Cascades, le Centre Sud, le Centre Est, le Centre Nord, le Plateau Central et le Sahel. Cette phase s’étendra de 2012 à 2016, soit 5 ans, et sera soutenue à hauteur de 60 millions de dollars américains par la Banque Mondiale et 5 millions de dollars américains, par le gouvernement burkinabé. La deuxième phase du PACT va démarrer en 2017. Celle-ci sera plus ambitieuse car elle comprendra la totalité des provinces burkinabés. Raison pour laquelle le budget sera plus important (90 millions de dollars américains). Aussi, la Banque Mondiale a exigé des résultats lors de la première phase avant d’envisager de soutenir la seconde. Il y a plus de deux décennies que le Burkina – Faso parle de décentralisation. Mais, ce projet se heurte toujours à des obstacles sur le chemin de sa concrétisation. Pourtant, cette manière innovante d’administrer est « un vecteur de développement des communes », selon le chef du gouvernement burkinabé. Par le biais de cette politique, les populations deviennent elles-mêmes les actrices de  la gestion de leurs localités. Ce qui les rend plus responsables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.