Niger : Réduire la dégradation des terres arables

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre la désertification, le Ministère nigérien de l’Environnement a appelé à plus d’efforts dans ce combat, la sécheresse affectant deux tiers du territoire. En effet, la désertification a des conséquences économiques indéniables. La plus désastreuse est la dégradation des terres arables. C’est d’ailleurs pourquoi cette journée avait pour thème : « les bons sols soutiennent notre pays ; œuvrons pour une diminution de la dégradation des terres ». Ce phénomène nuit aux rendements agricole, sylvicole et pastoral et, de ce fait, plonge souvent la population dans une insécurité alimentaire. En en ayant conscience, les autorités nigériennes ont décidé, d’abord, de sensibiliser la population sur ce problème d’ordre environnemental. Ensuite, le gouvernement a déployé de moyens considérables dans certaines actions à l’instar de la restauration des terres dégradées. Ainsi, 60 796 ha ont été récupérés en 2011. De ce total, 11 924 ha ont été restaurés en fixant des dunes. Ces résultats ont été obtenus dans le cadre d’un programme national d’urgence pour la période 2011 – 2012. Cette initiative a coûté 11 millions de dollars américains au ministère de tutelle. Et, elle a également pourvu 22 100 postes temporaires.

Mais, la lutte contre l’aridité est loin d’être terminée. Ainsi, le Ministre nigérien de l’Environnement, M. Issoufou Issaka, a appelé les administrations, les populations et les organisations non gouvernementales à une bonne gestion des sites restaurés. Au-delà des frontières nigériennes, l’autorité a également invité les acteurs internationaux à entrer dans ce combat en contribuant à l’éducation environnementale des populations nigériennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.