Burundi : Détaxation des produits vivriers

A l’occasion de la fête internationale du travail, le président burundais Pierre Nkurunziza a annoncé dans un discours à la nation, la détaxation de 13 produits vivriers à partir du 15 mai jusqu’ au 31 décembre 2012. Ainsi donc durant cette période 13 produits se verront détaxer, il s’agit du manioc, de la farine de manioc, des grains de maïs et la farine qui en dérive, la farine panifiable, les poissons fumés (Indagala et Umukeke), des arachides, des haricots, des pommes de terre, du riz, des oignons et de  l’huile de palme. Cette détaxation n’est pas qu’en fonction du pouvoir d’achat de la population, mais aussi pour permettre à l’Etat d’économiser. « Avec cette détaxation, le gouvernement fera un manque à gagner de plus de 10 milliards de francs burundais (plus de 7 millions de dollars) qui auraient dû servir aux autres projets de développement », a révélé le président Nkurunziza. Engagé dans la lutte contre la pauvreté, le Burundi s’offre ainsi une opportunité d’atteindre cet objectif qui a été subdivisé en quatre points. Le premier point s’articule ainsi autour de l’accroissement de la production. Et pour ce faire, les forces de sécurité ont été invitées à lutter contre l’exode rural et le rassemblement des jeunes chômeurs sur des places publiques. Le deuxième point est la protection de la production, dans le sens de lutter contre les exportations des produits vivriers et de faire respecter les prix des produits et services de première nécessité. Quant au troisième point, il s’agit de la politique d’austérité instaurée par le président et qui débutera le 1er juillet 2012. Et enfin un appel au peuple burundais à mieux se consacrer aux travaux de développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.