Bénin : Grève de 72 heures des paramédicaux sans service minimum

Depuis mercredi 28 janvier 2015, les paramédicaux, les infirmiers, les Sages-Femmes, les techniciens de laboratoire et d’analyse médicales des hôpitaux et centres de santé du secteur public du Bénin, sont en grève. Le débrayage de 72 heures, dénommé « Hôpitaux morts », se fait sans service minimum. Il a été organisé par l’Intersyndicale des ressources humaines en santé pour exiger l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.  

hopitaux_morts

Dans la motion de grève de l’intersyndicale des ressources humaines en santé, l’on apprend que le mouvement d’humeur a été organisé car « qu’après plusieurs mois de grève d’avertissement de 48 heures, les autorités gouvernementales n’ont pas pu donner satisfaction à nos légitimes revendications ».

Ces professionnels de la santé revendiquent notamment, la prise d’un arrêté interministériel pour la revalorisation d’une indemnité de logement au profit du personnel paramédical et administratif du ministère de la santé et du centre national hospitalier et universitaire de Cotonou.

Et, concernant l’arrêté interministériel portant revalorisation de l’indemnité de logement au profit des médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes et praticiens hospitaliers du secteur publique  estime qu’il  crée « une discrimination notoire en laissant la grande masse du personnel », relèvent grévistes dans leur motion.

Le ton dur employé par les professionnels médicaux du Bénin, a été déploré par le le ministre béninois de la Santé, le Prof Dorothée Kindé Akoko Gazard. Dans un communiqué rendu publique, mercredi 28 janvier 2015, a relevé que les négociations entamés avec l’intersyndicale lors des premiers débrayages avaient permis d’arriver à des consensus, sur quatre points sur le six revendications formulées par les grévistes. Il s’agit, notamment le salaire des agents sur mesure sociale, le reversement des agents de santé, l’accroissement sans cesse du nombre des agents bénéficiaires de la prime de risque.

Selon la ministre les deux autres points sur lesquels le gouvernement était en pourparlers avec intersyndicale, sont entre autres le paiement des primes exceptionnelles de motivation et celles du logement sont encore en discussion.

En tout cas en attendant l’issue des discussions avec le gouvernement, la grève du personnel soignant, pénalise les patients contraints de se diriger vers les centres de santé confessionnels et privés du Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.