Niger : « Vente à prix modérés des céréales »

C’est la mode en Afrique de l’Ouest. La plupart des gouvernements des différents pays de la sous-région du continent sont obligés de s’investir dans le social pour pallier au déficit céréalier constaté lors de la dernière campagne agricole. Ainsi, la « vente à prix modérés des céréales » a été lancée la semaine dernière au Niger, plus précisément à Ouallam dans la province de Tillabéri (sud-ouest). Pour ce faire, 12 500 tonnes de céréales ont été mises à disposition. Le gouvernement nigérien a veillé à ce que ces aliments soient diversifiés afin de laisser le choix aux bénéficiaires : « les stocks de vivres constitués de mil, de sorgho et de maïs sont cédés, au prix unique de 13 000 FCFA (26 dollars américains) le sac de 100 kg, soit 130 FCFA le kg, dans toutes les zones où la vulnérabilité est déclarée », indiquait M. Saley Saidou, le Ministre nigérien du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé qui présidait ce lancement. Et toujours lui d’ajouter que « le sac de riz de 50 kg sera cédé aux ménages au prix unique de 14 000 FCFA (28 dollars américains), soit 280 FCFA le kg ». De cette manière également, les plus démunis pourront s’approvisionner en céréales moins onéreuses. Ce n’est pas par hasard que le gouvernement nigérien a choisi de lancer cette opération à Tillaberi. Cette région figure parmi les plus touchées par le déficit céréalier, lequel s’est élevé à 164 000 tonnes de vivres.

Un chiffre devant lequel les céréales proposées dans le cadre de cette vente sociale semblent plus qu’insuffisantes. Ainsi, le gouvernement veillera à ce que le maximum de personnes puisse bénéficier de l’opération.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.