Guinée : Faisabilité de l’axe ferroviaire Conakry-Kankan

Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ? En effet, le projet de chemin de fer entre Kankan et Conakry, censé relier les mines de fer de Simandou à la côte guinéenne, n’est pas du tout récent. En jetant son dévolu sur l’anglo-australien Rio Tinto, qui va également exploiter les ressources du sous-sol de la région, le gouvernement espère certainement avoir trouvé un partenaire digne de confiance. Car, des amis, la Guinée en a eu. Il y a à peine un an, soit en février 2011, c’était sous l’œil vigilant de l’ex-président brésilien Lula Da Silva que l’actuel Chef d’Etat guinéen, Alpha Condé, inaugurait les travaux sur cette ligne ferroviaire de près de 650 km. La maîtrise de l’ouvrage revenait alors à l’entreprise brésilienne BSGR Valley, qui avait confié les études de faisabilité à la société Zacope. Jugée incompétente, celle-ci a fini par être remerciée au bout de deux mois, ainsi que son employeur. Une bonne affaire pour Rio Tinto, qui n’hésita pas à signer, non seulement pour l’exploitation du minerai de fer, mais également pour rafler la construction de la voie ferrée. Vraiment, ce qu’on appelle faire d’une pierre deux coups.

Néanmoins, suite aux déceptions passées, le gouvernement guinéen a acquis de l’expérience. Ainsi, il n’a attribué que l’étude de faisabilité à Rio Tinto. Selon son Ministre des Mines et de la Géologie, M. Mohamed Lamine Fofana, l’exécutant du projet sera connu une fois l’étude terminée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.