Le Togo se lance dans les engrais

Très bientôt, le Togo pourrait faire son entrée dans le concert des nations productrices de fertilisants. A cette fin, le gouvernement togolais a décidé de commencer l’exploitation d’une réserve minière et de pourvoir le site d’une unité industrielle. Le Togo n’est pas à présenter en matière de phosphate. Dans les années 1990, il en produisait 3 millions de tonnes. Bien que cette performance ne soit plus d’actualité, le pays de Faure Gnassingbé arrive à atteindre, tout de même, la barre des 800 000 tonnes l’année depuis 2008. Un chiffre qui ne semble pas rassasier son gouvernement. En effet, au cours du conseil des ministres tenu la semaine dernière, l’entame de l’exploitation d’une réserve de phosphate carbonaté de près de 2 milliards de tonnes a été décidé. Ceci, pour permettre au pays de se lancer dans la production des fertilisants. Ainsi, la production du minerai pourrait avoisiner les 5,6 millions de tonnes dès l’année prochaine et 6,7 millions de tonnes en 2015. Toujours dans le cadre du même projet, une usine de production d’acide phosphorique sera érigée. Pour ce faire, le gouvernement s’est empressé de lancer un appel à manifestation d’intérêt en vue de trouver de potentiels investisseurs. Celui-ci est ouvert à l’international.

D’où, les autorités togolaises se font déjà courtiser par divers groupes, dont un indien et un australien. Selon les estimations, l’exploitation du phosphate carbonaté togolais nécessitera 48 milliards de FCFA (plus de 100 millions de dollars américains).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.