Zimbabwe : Stimuler l’industrie minière

L’Autorité d’Investissement du Zimbabwe avait approuvé près d’un milliard de dollars d’investissement essentiellement dans le secteur des mines depuis deux ans. Cependant les contraintes politiques font que cette autorité nationale d’approbation d’investissements n’arrive pas à suivre jusqu’ à ce jour la mise en œuvre effective des projets approuvés.  Le gouvernement par l’entremise de son ministre de la planification et des investissements, Tapiwa Mashadaka, affirme pourtant que tout est mis en œuvre pour rentabiliser ce financement.

Les autorités zimbabwéennes prévoient d’ailleurs en cette année une croissance de l’exploitation minière de 44%  devant entrainer en même temps une croissance de 9,3% de croissance économique. Cependant, en marge de toutes ces prévisions officielles, la politique de réappropriation économique prônée par l’Etat zimbabwéen demeure un obstacle majeur pour la croissance du secteur minier. En effet pour l’ensemble des investisseurs étrangers, ce programme vise à exproprier des capitaux privés. Ce programme mis en place depuis 2008, demande aux entreprises étrangères de liquider au moins 51% de leurs capitaux pour semble t-il atteindre l’équité avec les autochtones. Le gouvernement affirme pour sa part que cette politique n’a pas été mise en place pour nuire les intérêts des capitaux étrangers, mais plutôt pour intégrer dans des activités économiques les autochtones longtemps marginalisés.

Certaines entreprises comme «  Essar Global », toujours selon le gouvernement, se sont pliés à cette loi et exerce actuellement en toute sérénité. En somme, bien que le Zimbabwe ait bénéficié d’un investissement d’un milliard de dollar US pour développer son industrie minière et son économie, il lui faudrait plus de flexibilité dans l’application de sa politique de réappropriation et une autonomisation pour récolter les fruits de ce financement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.