Sénégal : Greenpeace déplore la réduction du repos biologique

Initialement prévue du 1er septembre dernier en octobre prochain, soit deux mois, la période de repos biologique des eaux sénégalaises vient d’être écourtée à un seul mois. Une décision qu’a déplorée Greenpeace Afrique par la voie d’un communiqué publié jeudi dernier. « Suite à la pression des industriels nationaux, le ministre sénégalais de l’Economie Maritime (Khouraïchi Thiam, NDLR) a réduit à un mois la période de repos biologique qui commencera, cette année, le 1er Octobre », mentionne le document rédigé par l’ONG de défense de la nature. Pourtant, « des millions de sénégalais dépendent du poisson comme source de protéine animale », poursuit le communiqué. Aussi, « si le gouvernement ne prend pas ses responsabilités pour une gestion durable de ces ressources, nous nous acheminons droit vers leur effondrement », insiste un responsable de Greenpeace Afrique. Selon l’ONG, à cause de la surpêche industrielle sur la côte ouest-africaine, certaines espèces de poissons sont entrain de s’éteindre. C’est le cas du « thiof » et du « garoupa », des poissons fort appréciés au Sénégal. De ce qui précède, Greenpeace en appelle au « bon sens des autorités sénégalaises », qu’elle enjoint à reconsidérer leur décision. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, au moment où Greenpeace se montre outré par la réduction du repos biologique, le Groupement des Armateurs et Industriels de la Pêche au Sénégal (GAIPES) savoure certainement sa victoire. En effet, cette association désirait carrément la suppression du repos biologique cette année du fait que les activités de ses adhérents ont été quelque peu perturbées par la flambée des prix des carburants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.