Afrique : comment tirer profit de l’Or ?

Produisant le quart de la production mondiale de l’or, l’Afrique, contre toute attente n’arrive toujours pas à tirer profit de la plus importante des matières premières qu’elle exploite depuis des années. En effet, malgré la récente hausse du prix de l’or, l’once d’or a atteint un prix record de 1750 dollars, les producteurs africains sont restés en marge de cette opportunité. Dure réalité à avaler pour le Ministre des Mines sénégalais, Abdoulaye Baldé, qui est monté au créneau en martelant «les gouvernements africains ont conclu des contrats avec des sociétés minières qui prévoient des relations déséquilibrées de nature à empêcher les gouvernements et les citoyens de maximiser les avantages de l’exploitation minière». Faute à une politique minière africaine trop passive et des négociations avec des arrangements fiscaux funestes. L’exemple le plus frappant reste celui du Mali (60 tonnes d’or par an) qui, on le rappelle est le troisième producteur africain après l’Afrique du sud (300 tonnes) et le Ghana (70 tonnes), non seulement ne profite pas de cette ressource mais régresse plutôt en terme d’indice du développement humain occupant le 175e rang sur les 177. Par ailleurs environ 80% des sites aurifères de l’Afrique de l’Ouest et du Centre sont à la charge d’un petit groupe de multinationales étrangères qui ne garantissent que 20% des recettes d’exploitation à l’Etat. En outre, en Afrique ces multinationales bénéficient d’une main-d’œuvre moins chère, une répression des mouvements syndicaux et n’observent pas le respect des normes environnementales. «Il est urgent pour nos Etats de former des techniciens rompus aux méthodes de négociation des grands contrats internationaux.» a répondu le ministre des Mines sénégalais à la question « Que faut-il faire pour que l’Afrique tire le maximum de profit de sa production d’or ? ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.