Mali : Financement de la Banque Mondiale et de la France

La semaine dernière, le Mali s’est engagé dans trois conventions avec la Banque Mondiale et la France au travers desquelles il bénéficiera de 61 milliards de FCFA (130 millions de dollars). Ces accords ont été signés par le Ministre malien de l’Economie, Lassine Bouaré, et, pour la Banque Mondiale, le Directeur des Opérations pour le Mali, Ousmane Diagana, ainsi que l’Ambassadeur de France au Mali, Christian Royer. La première convention porte sur un financement de 31 milliards de FCFA (65 millions de dollars) octroyé par la Banque Mondiale. Ce montant servira au Projet d’Appui aux Communes Urbaines du Mali (PACUM), lequel, s’étendant sur six ans, consiste à soutenir les institutions des communes du District de Bamako et de certaines villes dont Kayes, Mopti, Ségou et Sikasso. En clair, cette initiative aidera à mieux planifier les prestations de services prioritaires pour les populations de ces localités, à améliorer la gestion financière des infrastructures et à concrétiser des plans d’investissements annuels. Quant à la seconde convention engageant la Banque Mondiale, elle concerne la seconde phase du Projet Sectoriel des Transports (PST-2), au travers duquel le pays vise à être désenclavé. Cela passe par la réhabilitation des routes en terre et leur entretien ainsi que la construction de quais. Pour ce faire, la Banque Mondiale va débourser une enveloppe de 10,3 milliards de FCFA (22 millions de dollars). Quant à la convention entre la France et le Mali, elle porte sur la conversion la dette malienne en fonds. Ainsi, le Mali bénéficiera de 20 milliards de FCFA (44 millions de dollars), un montant qui servira notamment d’appui à la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté, au développement du secteur privé et  au développement du Nord du Mali (Tombouctou, Gao et Kidal).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.