Madagascar : La Banque Mondiale finance un programme environnemental

Les actuelles autorités malgaches ne sont pas reconnues par la communauté internationale. Mais, celle-ci a prouvé qu’elle sait faire la part des choses. En effet, la Banque Mondiale, institution financière internationale, a consenti, mercredi dernier, à débourser une enveloppe de 52 millions de dollars américains en faveur de la protection de l’environnement à Madagascar.

Ce financement, qui s’étendra sur trois années, a fait l’objet de longues discussions dans les hautes sphères de la Banque Mondiale. Pour cause, le gouvernement malgache n’est pas considéré comme légitime. Un dilemme lorsqu’on ajoute à cela le fait que la biodiversité malgache, considérée comme une ressource universelle, est, pour le moment, insuffisamment entretenue. Ainsi, la Banque Mondiale a donc opté pour une mesure exceptionnelle. La somme, qui sera destinée à la conservation d’une trentaine de parcs nationaux et de trois aires protégées, soit 2,7 millions d’hectares, ne sera pas directement remise au gouvernement, bien que ce soit lui le débiteur, mais passera plutôt par des entités indépendantes.

En outre, la Banque Mondiale a pris soin d’assortir ce prêt de plusieurs conditions astreignant le gouvernement malgache à veiller à la protection des parcs et, également, au respect des lois interdisant l’exploitation ou le trafic illégal du bois. Au cas où ce dernier ne satisfait pas à ces exigences, l’institution financière a promis de suspendre le programme. Une parmi tant d’autres menaces que comporte l’octroi de ce soutien financier. D’où, Antananarivo ne doit pas se leurrer mais plutôt régulariser sa situation à l’échelle internationale pour espérer accéder à d’autres financements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.