Togo : L’UEMOA s’implique contre les érosions

L’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) a accordé  au Togo un soutien financier de 2,14 milliards de Francs CFA (4,5 millions de dollars américains) dans sa lutte contre les érosions sur le littoral entre Aného et Gounoukopé. A cet effet, Soumaila Cissé, président de la Commission de l’UEMOA et Kossivi Ayikoé, Ministre togolais de l’Environnement, ont paraphé les documents relatifs à cet accord mardi dernier à Lomé. Cette somme rendra possible des travaux entre Aného et Gounoukopé : il s’agira de stabiliser le littoral ; pour ce faire, cinq épis d’une hauteur de 1550 mètres seront installés sur les côtes afin de faire obstacle à la progression des eaux. Ce chantier, dont la durée est estimée à 18 mois, a été confié à l’Agence d’Exécution des Travaux Publics (AGETRUR-Togo).

Vu la dangerosité de cet aléa naturel pour le littoral togolais, il est urgent que ces travaux commencent et apportent enfin une solution définitive dans ce secteur. Car, le problème  que posent les érosions sur les côtes togolaises ne date pas d’hier. D’après certaines explications, il serait dû, notamment, à la construction du Port Autonome de Lomé, un ouvrage dont les maîtres n’avaient pas tenu compte de l’impact environnemental à l’époque. Le recul de la mer réalisé pour laisser place au port aurait contraint les eaux à chercher à récupérer leur espace en aval, notamment, vers la ville d’Anéhou. Ce qui se traduit, aujourd’hui, par l’érosion. Un casse-tête pour le Togo. Ainsi, l’UEMOA avait déjà eu à intervenir dans le même cadre en 2009.  Moyennant, 790 millions de FCFA (1,65 million de dollars américains), elle avait financé la rénovation de la berge ouest du Lac Togo, située en face d’Anéhou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.