Cameroon : La percée d’une institution financière !

« Nous sommes passés à la première positon en matière de financement de l’économie, puisque nous totalisions, au 31 décembre 2010, 335 milliards de FCFA de financement », pouvait déclarer, non sans satisfaction, M. Alamine Ousmane Mey, Directeur Général d’Afriland First Bank Cameroon. Cette institution financière a supplanté, au courant de l’année dernière, tous ses concurrents : la Banque Internationale du Cameroun pour l’Epargne et le Crédit (BICEC), avec l’octroi de 306 milliards de FCFA (660 millions de dollars américains) de crédit en 2010, tout comme la Société Générale des Banques au Cameroun (SGBC), avec 279 milliards de FCFA (600 millions de dollars) décaissés à la même fin, n’ont pas tenu la distance. En passant, l’on peut noter que la First Bank a quasiment doublé, en l’espace de trois ans, sa capacité de prêt, laquelle se chiffrait à 183,74 milliards de FCFA (395 millions de dollars) en fin 2008.

En outre, l’Afrikan First Bank occupe la troisième place dans la catégorie des dépôts avec 458 milliards de FCFA en fin 2010. A ce niveau aussi, la First Bank a encore évolué. C’est d’ailleurs ce qui explique en partie sa capacité de prêt record. A cela s’ajoute, comme autre justificatif de ces heureux constats, des fonds accumulés en contractant des partenariats, dont, à titre d’exemple, celui avec la Société Financière Allemande avec, à la clé, une somme de 6,5 milliards de FCFA (16 millions de dollars). En définitive, c’est le Cameroun qui gagne car la First Bank soutient  bien des initiatives : l’Etat a, par exemple, bénéficié d’un financement de 35 milliards de FCFA (80 millions de dollars) dans le cadre d’un de ses emprunts obligataires ou de 32 milliards de FCFA (70 millions de dollars) pour son programme thermique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.