Malawi: La justice va se prononcer sur l’annulation de la présidentielle de 2020

La Cour constitutionnelle du Malawi a accepté un recours en annulation de la présidentielle de 2020 introduit par l’ancien parti au pouvoir.

L’année dernière, la même Cour avait annulé l’élection présidentielle de 2019 à cause de nombreuses irrégularités et ordonné la tenue d’un nouveau scrutin. A l’issue de cette nouvelle échéance, le pasteur Lazarus Chakwera, candidat du Malawi Congress Party, a été déclaré vainqueur.

Le Parti démocratique progressiste (DPP) de l’ancien président Peter Mutharika soutient que l’élection doit être refaite parce qu’une décision d’un tribunal inférieur avait empêché quatre de ses représentants de siéger à la Commission électorale du Malawi. Il met donc en doute la validité juridique de la commission, soutenant que Chakwera n’est plus légitime «car le scrutin qui l’a mis au pouvoir a été présidée par un organe non constitutionnel».

«Mes clients sont convaincus que les élections qui ont eu lieu le 23 juin 2020 et qui ont porté au pouvoir le président Chakwera sont également nulles et non avenues, car le principe de la loi est très clair: la nullité engendre le vide», a déclaré Charles Mhango, avocat du DPP.

Selon Osman Kennedy, professeur de droit à l’Université internationale de Blantyre, si la Cour donnait raison au DPP, alors une nouvelle élection devrait être programmée mais, entre-temps, le président Chakwera devra céder le palais à son prédécesseur, aujourd’hui âgé de 81 ans. Une audience préliminaire aura lieu à la Cour constitutionnelle dès lundi prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.