Niger : 58 morts dans des attaques odieuses dans l’Ouest près du Mali

Le gouvernement du Niger a décrété un «deuil national de trois jours» à partir de mercredi et appelé «la population à plus de vigilance», après l’attaque de jihadistes présumés ayant fait 58 morts dans l’Ouest du pays, près de la frontière malienne.

Le gouvernement de Niamey a décrété un «deuil national de trois jours» à partir de mercredi et appelé «la population à plus de vigilance», réaffirmant «sa détermination à poursuivre sans relâche la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes», indique un communiqué du Gouvernement lu mardi soir à la télévision publique.

Lundi, «dans l’après-midi, des groupes d’individus armés non encore identifiés ont intercepté quatre véhicules transportant des passagers de retour du marché hebdomadaire de Banibangou, en partance respectivement aux villages de Chinégodar et Darey-Daye», indique un communiqué du gouvernement lu mardi soir à la télévision publique.

«Ces individus ont lâchement et cruellement procédé à l’exécution ciblée des passagers. Au village de Darey-daye, ils ont tué des personnes et incendié des greniers» à céréales, ajoute-t-il.

Le bilan est de « 58 personnes tuées, une personne blessée, plusieurs greniers (à céréales) et deux véhicules incendiés, deux véhicules emportés», selon le gouvernement.

Située dans la zone dite des «trois frontières» entre Niger, Burkina Faso et Mali, la région de Tillabéri est depuis des années le théâtre d’actions sanglantes de groupes jihadistes liés à Al Qaïda et à l’Etat islamique (EI).

Elu chef de l’Etat le 21 février au second tour de la présidentielle, Mohamed Bazoum s’est engagé à lutter contre l’insécurité, un des plus grands défis du Niger, qui doit lutter aussi contre les islamistes du groupe nigérian Boko Haram, dans sa partie Sud-Est.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.