L’armée du Mozambique repousse les djihadistes près d’installations gazières dans le nord

L’armée mozambicaine a repoussé jeudi les combattants djihadistes qui avaient pris le contrôle d’un village dans le nord du pays, à proximité d’installations gazières stratégiques du pays.

«Après deux jours de combats intenses, nous sommes parvenus à reprendre le village», a affirmé une source militaire déployée à proximité, au port de Palma, dans la province de Cabo Delgado.

Les islamistes avaient attaqué lundi soir Mute, situé seulement à une vingtaine de km de la péninsule d’Afungi, centre névralgique d’un projet qui représente l’un des plus gros investissements en Afrique et auquel participe notamment le groupe pétrolier français Total.

Mute a longtemps servi de zone tampon entre les installations de gaz naturel et le port stratégique pour l’acheminement des infrastructures, Mocimboa da Praia, contrôlé par les jihadistes depuis août.

Les attaques jihadistes, qui ont débuté en 2017, montent en puissance dans la province à majorité musulmane de Cabo Delgado, frontalière avec la Tanzanie. Elles ont déjà fait, selon l’ONU et des ONG, plus de 2.300 morts, dont une majorité de civils et plus de 500.000 déplacés, d’après les derniers chiffres gouvernementaux.

Elles sont menées par un groupe désigné localement sous le nom d’Al-Shabab » (« les jeunes », en arabe), qui a fait en 2019 allégeance à l’Etat islamique.

Les Etats-Unis ont promis, jeudi 3 décembre, d’aider le Mozambique à lutter contre l’insurrection islamiste qui menace la province riche en ressources de Cabo Delgado.

Le coordinateur de la lutte contre le terrorisme au département d’Etat, Nathan Sales qui a été reçu par le président Filipe Nyusi à Maputo, a notamment souligné dans un communiqué, la nécessité d’une coopération internationale pour mettre fin à ce conflit dans le nord du Mozambique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.