Cameroun : Dixième session du CONAROUTE

Actuellement, toute politique camerounaise converge vers l’horizon 2035 et l’objectif de devenir un pays émergent. Et, les routes ne dérogent pas à la règle. La semaine dernière, le Conseil National de la Route (CONAROUTE) s’est réuni à l’occasion de sa dixième session avec, pour ordre du jour, le bilan de la feuille de route de l’année 2010 et l’approbation des programmes à réaliser au cours de cette année.

Pas mal de tronçons faisant partie des 23 000 Km de routes que compte le pays ont fait l’objet des travaux : des voies à Ebolowa et à Bamenda ont été asphaltées (respectivement 35 et 24 Km) et plus de 3000 de chaussés ont été entretenus tout comme des axes en terre (11 500 Km) et en milieu rural (6000 Km). En bénéficiant d’un giratoire avec voie souterraine au niveau de sa préfecture, la capitale administrative, Yaoundé, n’a pas été omise. Ces travaux ont été possibles grâce, notamment, au financement du Fonds Européen de Développement (FED) à hauteur de 51 milliards de FCFA (115 millions de dollars américains) mais aussi de l’initiative française des Contrats de Désendettement et de Développement (C2D) et du Budget d’Investissement Public (BIP).

Par ailleurs, ce dernier a prévu de consacrer à l’entretien des routes camerounaises, au cours de cette année, 160 milliards de FCFA (362 millions de dollars américains). La dotation du BIP sera certainement soutenue par les bailleurs de fonds traditionnels. Quant au CONAROUTE, il a déjà défini les priorités pour le présent exercice : la route de l’entrée Est de la capitale économique, Douala, la Ring Road et le tronçon reliant Foumban, Manki et Magba au pont de la Mape ont font partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.