Sénégal : Tout bouge à la SAR

Depuis l’année dernière, le conglomérat saoudien Saudi Bin Landen Group (SBG) a acquis 34 % des parts de la Société Africaine de Raffinerie (SAR), la seule du Sénégal. Ce qui lui octroie la capacité de décider à son aise sur l’avenir de cette compagnie. D’où, dernier changement en date à la SAR, c’est la nomination lundi dernier d’un nouveau Directeur Général, le marocain Omar Kassou, qui remplace le sénégalais Carmelho Robert Sagna. Le nouveau responsable, ingénieur d’Etat formé au Maroc et traînant derrière lui une expérience de plus de deux décennies dans le pétrole, aura pour majeur défi de remédier au manque des produits pétroliers au Sénégal.

En plus, la SAR a décidé de s’engager dans un vaste Programme d’Extension et de Modernisation (PEMS). Cette initiative, qui vise à doubler sa capacité et à moderniser ses installations, nécessitera 650 milliards de FCFA d’investissement (environs 1,4 milliard de dollars américains). Une fois achevés, ces travaux permettront à la SAR, à long terme, de pouvoir couvrir les besoins au Sénégal et, aussi, d’exporter sa production. C’est donc un autre grand test pour le nouveau DG.

Le moins que l’on puisse constater, c’est que le SBG est déterminée à remettre la SAR sur pied. Déjà, ce groupe avait décaissé une somme de 17,8 milliards de FCFA (près de 40 millions de dollars américains) pour les besoins de recapitalisation de la SAR. Et, il envisage d’en rajouter, d’ici le mois de Juin, encore plus, soit 35 milliards de FCFA (environs 75 millions de dollars américains), à des mêmes fins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.