Découverte d’un nouveau type de virus Ebola en Sierra Leone

Le gouvernement de sierra Leone a annoncé jeudi la découverte d’un nouveau type de virus Ebola sur des chauves-souris, deux ans après la fin d’une épidémie qui a tué plus de 11.000 personnes en Afrique de l’Ouest.

« A l’heure actuelle, on ne sait pas encore si le virus Ebola de Bombali a été transmis à l’homme ou s’il est cause de maladie chez l’homme, mais il a le potentiel pour infecter les cellules humaines », a déclaré à la presse Amara Jambai, un haut responsable du ministère de la Santé.

« Il s’agit de premières étapes », a ajouté M. Jambai, appelant la population à rester calme en attendant la poursuite des recherches.

Les chercheurs qui ont découvert le nouveau virus dans le district de Bombali, dans le nord de la Sierra Leone, coopèrent avec le gouvernement pour déterminer si des êtres humains ont été infectés.
Ils invitent la population « par mesure de précaution » à « s’abstenir de manger des chauves-souris », a déclaré Harold Thomas, porte-parole du ministère de la Santé.
Ebola tient son nom de la rivière Ebola, située dans le nord de la République démocratique du Congo (RDC, à l’époque Zaïre) où le virus a été repéré pour la première fois en 1976.
Cinq types distincts de virus Ebola ont jusqu’à présent été répertoriés: Zaïre, Soudan, Bundibugyo, Reston et Forêt de Taï.
La pire épidémie d’Ebola a débuté en décembre 2013 dans le sud de la Guinée avant de se propager à deux pays voisins d’Afrique de l’Ouest, le Liberia et la Sierra Leone. Cette épidémie a tué plus de 11.300 personnes sur près de 29.000 cas enregistrés, selon des estimations de l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.